Réussir les photos du spectacle de fin d’année

C’est la pleine période des spectacles de fin d’année de nos chères têtes blondes. Voici donc quelques conseils pour immortaliser ces moments.

On évite le flash. Parce que ça ne fera pas de meilleurs photos. En plus, en général il porte à 3 mètres et il est rare d’être placé à 3 mètres de Junior. Et puis surtout parce que ça ébloui bien (et peut déranger) les apprentis artistes et les autres spectateurs.

A la place, on n’hésite pas à faire confiance à l’appareil.

Alors on se mets en mode « A » // ouverture// (oui, toi aussi qui a un compact et qui a toujours utilisé le mode automatique, c’est le moment où jamais de faire comme les pros) et on sélectionne la plus grande ouverture possible. C’est à dire le plus petit chiffre: 2., 1.8, 1. c’est l’idéal. Si tu peux pas descendre en dessous de f3.6 c’est pas grave, on fera avec.

On vérifie quand même que l’appareil sélectionne une vitesse acceptable pour éviter les flous (pas en dessous de 1/50eme si possible) et…. des ISO élevés (les deux photos en exemple sont à f1.8, vitesse: 1/60, 1600 ISO).

La conséquence des ISO élevés est ce qu’on appelle du « bruit ». Cette sorte de pixellisation de l’image, pas toujours très esthétique. Mais avec les APN dernier cri, ce « bruit » est de moins en moins présent.

Si vraiment cela vous gène, pourquoi ne pas convertir la photo en noir et blanc à l’aide d’un petit logiciel comme Photofiltre (ou Lightroom ou Photoshop pour les plus chevronnés) ? Ce bruit se transformera en « grain », comme sur les clichés noir et blanc réalisés avec une pellicule.


Enfin, si on est pas trop sur de soi, on n’hésite pas à shooter en rafales!

Bon pestacle!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *